Chercher  Home
Fondation Trésor Utrecht

vorige
nummer volgende 
nummer

numéro 26, novembre 2008 (extrait)

Contenu
inhoudsopgave

Visite de travail à Trésor d’ Aart de Lang,
membre du Conseil d’Administration

Aart de Lang

Du 15 au 25 septembre j’ai effectué une visite de travail à la Guyane-française. Lors de cette visite de travail j’ai parlé avec les membres de notre Association et avec plusieurs relations d’importance pour notre initiative Trésor.

Des fois j’ai pu combiner les entretiens avec une visite à notre réserve, ensemble avec l’équipe de l’Association. Le point culminant fut la visite du directeur du WWF – Pays-Bas.

Le directeur Johan van den Gronden (WWF – Pays-Bas)
et Dominique Plouvier (WWF – Surinam) visitent Trésor


Pendant la visite au sentier botanique, Charlotte donne des explications.
De g. à dr. : Anja van den Gronden, Anna Teixeira Cavalcante,
Johan van den Gronden et Dominique Plouvier.
Pendant un tour très intéressant, guidé par notre garde forestier Charlotte Briand et par Isabelle Delafosse, membre du comité de notre Association, à défaut de notre conservateur Olivier Tostain (qui avait des besognes urgentes en France) et de l’autre garde forestier Kévin Pineau (en vacances), j’avais l’occasion de donner une bonne présentation du projet Trésor à Johan van den Gronden et sa femme Anja, ainsi qu’à Dominique Plouvier (WWF – Surinam). Ils étaient tous très intéressés et impressionnés par l’approche professionnel, se manifestant dans le bon entretien du sentier et les nouveaux écriteaux verts, beaux et durables (produits par le Jardin Botanique d’Utrecht) avec des informations sur de nombreuses plantes et arbres le long du sentier. Mais tout à fait magnifiques étaient les grands panneaux attachés sur des espèces de mâts totémiques, tous pourvus d’informations joliment illustrées portant sur certains aspects de la forêt. Deux de ces panneaux ont été placés et six suivront. Lors d’une conversation avec Johan je l’ai remercié une fois de plus pour l’appui que nous recevons de la part du WWF et je lui ai rappelé les salaires de nos deux gardes forestiers pour les années à venir. Ce problème est urgent parce que le contrat de Charlotte doit être renouvelé avant fin octobre. Johan préfère le régler par l’intermédiaire du WWF – France. (Bientôt nous nous mettrons à table avec Allard Stapel et Alois Clemens du WWF – Pays-Bas pour nous mettre définitivement d’accord à ce sujet).

La construction du carbet peut commencer d’un moment à l’autre.
L’Association a apporté une dernière modification dans le devis de l’ONF. Là-dessus l’ONF a adapté le devis. Dès que l’Association aura approuvé ce dernier devis, l’ONF pourra se mettre au travail. On a l’intention de commencer la construction en octobre, de manière que le carbet soit terminé avant le commencement de la saison des pluies en décembre. On a commencé déjà à scier les planches.

(Selon les dernières nouvelles le devis a été approuvé par l’Association, l’ordre pour la construction a été passé et la construction a démarré dans la semaine du 20 au 24 d’octobre !)

Visite à Trésor de Romain Renoux (WWF – France d’Outre-mer)

Une délégation du WWF visite Trésor. A cet endroit sera construit le carbet neuf.
De g. à dr. : Isabelle Delafosse, Charlotte Briand, Romain Renoux, Aart de Lang
et Laurent Kelle.
Romain Renoux, responsable des activités d’Outre-mer du WWF – France, se trouvait en Guyane-française à l’occasion du colloque sur la biodiversité. Il a rencontré aussi Johan van den Gronden et Dominique Plouvier. Il montra beaucoup d’intérêt pour notre projet et le 20 septembre nous l’avons reçu dans la réserve et nous avons parcouru le sentier. Charlotte et Isabelle (membre du Comité de l’Association Trésor) nous ont guidés. Il a posé mille questions sur notre projet et j’ai pu l’informer amplement sur la genèse de Trésor, notre méthode de travail, nos sponsors, nos donateurs et les diverses missions scientifiques sur le site par Renske Ek et autres et les inventaires floristiques (et faunistiques) qui ont été menés. J’eus également l’opportunité de commenter nos projets éducatifs. Evidemment j’ai aussi abordé le statut de notre réserve et notre désir de modifier notre Réserve Naturelle Volontaire en Réserve Naturelle Régionale. A ce fin il faut que le Conseil Régional rédige avant le mois de mai 2009, les règles et conditions nécessaires. Pour le réaliser, nous jouons aux échecs sur plusieurs échiquiers. Dont notre MOU avec le WWF en est un. Romain Renoux suggéra qu’il fallait profiter d’une occasion publicitairement intéressante où M. Antoine Karam, Président du Conseil Régional, pourrait marquer des points en annonçant l’appui à Trésor.

Entretien avec le Directeur de DIREN
Lors de ma visite j’eus aussi un entretien avec Jean Leduc, directeur de la Direction Générale de l’Environnement (DIREN). Notre Association lui avait envoyé une lettre lui demandant de porter notre désir de devenir Réserve Naturelle Régionale (RNR) encore une fois à l’attention du Conseil Régional (CR). Jean Leduc m’a assuré qu’il appuie notre ambition et qu’il écrirait au nom de DIREN, une lettre au Conseil Régional à l’appui de notre demande, dans laquelle il recommandera que nous soit accordé le statut de RNR. Dans la semaine même j’ai reçu une copie de sa lettre au CR avec des mots dans ce sens.

Visite Conservatoire du Littoral de France (Denis Clément et Marc Duncombe) à Trésor.
Mercredi le 24 septembre à six heures du matin, Charlotte et moi, nous nous trouvons devant le bureau du Conservatoire, Rue François Arago à Cayenne. L’obscurité de la nuit fait bientôt place à l’aube et puis à la lumière du jour. Le premier à arriver est Julie Mariton;

Le directeur adjoint du Conservatoire du Littoral de Paris visite Trésor pour la
première fois. De g. à dr. Aart de Lang, Denis Clément, Marc Duncombe,
Julie Mariton et Mathieu Entraigues à l’entrée de notre réserve.
elle va vite faire du café. Ensuite arrivent Marc Duncombe, Mathieu Entraigues et Denis Clément. Denis est le directeur adjoint, le plus haut placé sauf un du CdL de Paris. Il se rend avec Charlotte et moi en voiture à notre réserve. Une conversation très animée s’établit me permettant de lui raconter amplement sur la genèse de Trésor. Lui, il raconte sur les objectifs du CdL: il faudra qu’en 2050 25% de toutes les zones costières françaises qui sont d’importance du point de vu protection de la nature, soient acquises par le CdL, pour en garantir la protection.

Ensuite nous parcourons le sentier. Charlotte donne d’amples explications. Sur le sentier nous rencontrons un serpent intéressant (plus tard se trouve que c’était le Xenodon werneri). Marc Duncombe en fait une belle photo. Elle est sur la couverture de ce Trésor Nieuws. Marc a visité Trésor avant. C’est lui le responsable de tous les Territoires français d’Outre-mer et il a donc beaucoup d’influence au sein de l’organisation.

Proposition intéressante de l’ONF au sujet du sentier de grande randonnée.

En France on commence toujours par manger en ensuite on parle affaires.
De g. à dr. : Aart de Lang, Charlotte Briand, Jean Obstancias et Marjorie Gallay
discutent une possible coopération pour stimuler l’écotourisme dans la région.

Dimanche le 21 septembre, nous avons un rendez-vous à Fourgassié pour discuter avec l’ONF le sentier de grande randonnée. C’est une initiative de l’ONF pour mettre à l’abri toute la région de Kaw, y inclus Trésor. Par l’aménagement d’un sentier de grande randonnée on créerait un corridor qui protège contre des activités menaçantes comme l’orpaillage.

Nous avons parlé avec Jean Obstancias, le chef enthousiaste du département Sylvetude de l’ONF. Ce département es chargé des études d’effet, de la documentation et du tourisme.

Réunion avec l’Association Trésor.
Vendredi le 19 septembre j’eus un entretien agréable et utile avec les membres de notre Association, ceux qui conduisent et réalisent le travail sur place. Présents étaient: Olivier Tostain, Olivier Fortune, Isabelle Delafosse, Elodie Gault et Charlotte Briand. Kévin était en vacances.

Des fois les réunions ont lieu dans le jardin. Faites attention au ventilateur!


J’ai commencé par exprimer ma considération pour tout le bon et dur travail qu’ils font. Pour la plupart d’entre eux c’est un travail de bénévole, sans rémunération. Une fois de plus, j’étais impressionné par leur dévouement. On travaille pratiquement chaque fin de semaine à l’entretien du sentier. Olivier Fortune, lui, a dédié beaucoup de fins de semaine à la préparation de la collocation des totems informatifs. Il a conçu une ingénieuse construction souterraine en acier et c’est lui-même qui l’a réalisée (ce qui a épargné pas mal d’argent). De cette façon, les totems sont stables et résistants. Elodie consacre beaucoup de temps à la comptabilité et Isabelle aussi est dévouée et l’on peut toujours compter sur elle. Et Charlotte mérite une mention spéciale. Garde forestier de Trésor, ce n’est pas seulement son emploi, - elle reçoit un salaire modeste - mais aussi sa passion. Et cela se voit. La ferveur avec laquelle elle travaille dans le site, la bonne volonté de faire de longues journées, aussi pendant les fins de semaine (se lever quand il fait encore nuit et toute la journée sur la brèche), la bonne organisation de ma visite de travail et l’enthousiasme avec lequel elle explique et montre toutes sortes de détails aux visiteurs de la réserve.

Somme toute, c’était une visite utile, passionnante et productive. Trésor est vraiment vivant en Guyane-française. Nous pouvons être fiers de ce que nous avons accompli, sûrement aussi grâce au soutien financier de nos donateurs !


inhoudsopgave

Colloque sur la Biodiversité à Cayenne

Aart de Lang

Du 16 au 19 septembre se déroula dans la Cité administrative du Conseil Régional, un colloque sur la biodiversité, avec des participants de tous les Territoires d’Outre-mer français, comme la Guadeloupe, la Martinique, Mayotte, la Réunion, la Nouvelle Calédonie, la Polynésie et St. Pierre-et-Miquelon. Le colloque fut organisé par le Conseil de la Culture, de l’Education et de l’Environnement. Plus de cent scientifiques, représentants du gouvernement et étudiants des Territoires d’Outre-mer français y prirent part. Tous, des acteurs sur le terrain de la biodiversité.


Dans cette salle splendide se déroula le colloque sur la biodiversité à Cayenne.
Lors de ma visite de travail, j’ai assisté, le mercredi et le jeudi, à une partie du programme, en compagnie de Charlotte Briand et d’Anna Rachel Teixeira Cavalcante, saisissant l’occasion de consolider les relations existantes et d’en développer de nouvelles. Développer le réseau comme on dit.
(Anna est une juriste brésilienne, qui fait des études en France, et qui, pour le compte du gouvernement du Pérou, rédige un document sur la législation française concernant la protection de la nature avec Trésor comme modèle.)

J’ai parlé lors du colloque avec e. a. Gilles Kleitz, un fonctionnaire haut placé et conseiller technique au Ministère français du MEEDDAT; son discours traita de la préservation de la biodiversité et des ressources naturelles et du fait que de plus en plus de législation concernant la durabilité et la biodiversité est introduite en France et en Europe. Après son discours, Anna et moi, nous avons mené avec lui une intéressante conservation, elle sur les aspects juridiques et moi sur Trésor. Il connaissait notre projet et voulait savoir si l’on avait pris exemple sur ce projet unique. Et c’est évidemment le cas. Depuis notre initiative en 1995, de grandes parties de la Guyane-française ont été mises sous protection comme réserve ou parc national, comme le Parc Amazonien de Guyane créé l’année passée (on en reparlera). Nous avons échangé des cartes de visite.

Romain Renoux (WWF-France d’Outre-mer) présenta une sombre image mondiale des menaces pour la biodiversité: la destruction ou la perturbation des habitats, l’introduction d’espèces, la surexploitation de matières premières, le changement climatique.

Notre Olivier Tostain donna une présentation impressionnante avec de magnifiques images sur une stratégie de conservation de la biodiversité, basée sur la biogéographie de la Guyane-française.

Après les discours officiels du colloque, on avait toujours
assez de temps pour des conversations non officielles.
Ici Aart de Lang ‘développe le réseau’, en conversation
avec Bertrand Goguillon (WWF-Guyane).

Après lui parla Cécile Guitet du PAG, le Parc Amazonien de Guyane, créé en 2007. Le Parc couvre une grande partie des forêts guyanaises du centre et du sud, entre le Maroni (frontalier avec le Surinam) et l’Oyapock (frontalier avec le Brésil). Le Parc s’étend sur un territoire de pas moins de 3,4 millions d’hectares et est pour autant le parc national le plus étendu de la France et de l’Europe. Ses objectifs sont e. a. la protection de la biodiversité et des intérêts des habitants autochtones, contribuer à un développement durable et stimuler les recherches scientifiques. Tiens, ça me disait quelque chose. Auraient-ils suivi l’exemple de notre réserve Trésor?

Frédéric Huyhn, directeur de l’Unité Espace IRD de Montpellier, donna une présentation sur la télédétection, un nouvel outil pour protéger la biodiversité depuis l’espace. Le nombre de satellites mis en service s’élevait en 2003 à 23, en 2006 à 29, maintenant à 54 et en 2010 à 73! On dirait une espèce de «Big-Brother-is-watching-you» permettant d’analyser bien l’impact des perturbations sur l’environnement.

Pierre-Jean Morel, directeur régional de l’ONF donna une exposé sur l’exploitation du bois en préservant la biodiversité. Charlotte me raconta plus tard que l’ONF fait ceci en effet scrupuleusement et avec beaucoup de respect pour la nature. Bien que l’exploitation du bois soit, grâce à l’ONF, bien réglée, l’usinage industriel du bois en Guyane-française est loin d’être en ordre, il faut même encore importer du bois.

Eric Hansen, délégué d’Outre-mer de l’ONCFS annonça que les règles concernant la chasse illégale seront améliorées. Le nombre d’arrestations monte et on inflige des sanctions plus sévères, jusqu’à 6 mois de prison.

Création du Conservatoire des Espaces Naturels Guyane (CENG)

Mercredi le 17 septembre était un jour important pour Trésor. Lors du Colloque sur la biodiversité, à la fin de la journée, fut signé l’acte de fondation du Conservatoire des Espaces Naturels Guyane (CENG) par un nombre d’organisations, parmi lesquelles Trésor.


Le Conseil d’Administration de CENG. Charlotte Briand (deuxième à gauche)
remplit, au nom de Trésor la fonction de vice-président.
C’est un contrat de coopération entre le Groupe d’Etudes et de Protection des Oiseaux en Guyane (GEPOG), Trésor, l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, l'Office National des Forêts, le Parc naturel Régional de Guyane, la Société d'Etude, de Protection et d'Aménagement de la Nature en Guyane, AGEP (réserve Kaw), en le Parc National du Sud.

Toutes ces organisations s’occupent de la gérance d’une réserve et affrontent les mêmes problèmes, c’est donc intelligent de coopérer.

CENG fait partie de la Fédération française des Conservatoires, ce qui nous donne accès à dite fédération établie en France et à toutes les facilités et contacts qui en résultent.

Au nom de Trésor, « notre » Charlotte fut nommée vice-président. Jean Gaillou, que nous connaissons, est en tant que président du Parc naturel Régional de Guyane membre du Conseil d’Administration du Conservatoire. Mais il est aussi vice-président du Conseil Régional! inhoudsopgave

Pas d’orpaillage dans la Région de Kaw

Aart de Lang


La bonne nouvelle dans le journal «France Guyane» du 25 septembre dernier


Sarkozy annule le plan Harmonie de Iamgold
La question paraît tranchée! Un fois de plus le président français, M. Sarkozy, a mis des bâtons dans les roues de la multinationale canadienne Iamgold (jadis Cambior). Pendant des années la société minière a fait tout son possible pour obtenir une licence d’exploiter une mine d’or juste à côté de notre belle réserve Trésor. Une telle exploitation causerait des dégâts irréparables.

Avec un élan extraordinaire la population locale s’est mobilisée contre ce projet avec un collectif regroupant 33 organisations guyanaises, plusieurs élus et personnalités, et une grande majorité de la population guyanaise. Une lutte dure à laquelle on a consacré énormément d’énergie.

Après que leur premier projet fut stoppé au dernier moment par M. Sarkozy, Iamgold décida de déclencher une offensive de charme. Leur nouveau projet, «Harmonie», dissiperait toutes les objections. Iamgold attira aussi subtilement l’attention sur les emplois que le nouveau projet créerait pour la population locale, ce qui constitue un facteur très important. De cette façon ils essayèrent de trouver un appui dans la société. Ils frappèrent aussi à la porte du WWF, mais Laurent Kelle du WWF Guyane-française, ne leur a pas prêté l’oreille. Et maintenant la bonne nouvelle:

Au dernier jour de ma visite de travail, je lus dans le journal «France Guyane» que Iamgold, après le refus du projet de Camp Caïman, devait encaisser un nouveau rejet. Le député Chantal Berthelot avait reçu une lettre du Chef de cabinet du Président de la République, M. Sarkozy. Celui-ci affirme dans la lettre que le plan «Harmonie» ne sera pas accepté non plus. Iamgold prend «acte» de la décision. ‘Ceci ne change en rien la position de notre société en Guyane. Nous suivons avec beaucoup d’ intérêt l’élaboration du prochain schème minier.’

Il faut que les autorités présentent ce schème minier avant la fin de l’année. Dans le schème les autorités annonceront dans quelles régions l’exploitation minière ne sera définitivement pas permise. Nous osons espérer, et j’ai entendu les bruits de couloir, que toute la Région de Kaw sera, selon toute probabilité, préservée. Cela signifie que c’est définitivement hors de question qu’il y ait encore de l’orpaillage. Quel coup de change! inhoudsopgave
Entrevue avec Annemie Posner – Janssen

Un trésor pour Trésor!

Aart de Lang

Pour notre Fondation, qui a comme but la protection et l’éducation à la nature, ce n’est pas une petite affaire que de gérer bien un bout de forêt tropicale humide dans l’Amazonie à des milliers de kilomètres de distance,. Et même après avoir suivi pendant des années des leçons de français à l’école secondaire, ce n’est toujours pas notre langue maternelle. Une bonne communication avec les instances, les autorités et ceux qui en Guyane-française jouent un rôle dans cette gestion, dépend largement de bonnes traductions. C’est pourquoi nous sommes si heureux qu’il y ait des bénévoles en Hollande qui nous apportent aide et conseil sur ce terrain. Parce que traduire bien n’est pas une sinécure.

Traduire est une activité créative
Les textes de loi et les pièces officielles demandent une traduction plutôt textuelle. Pour d’autres textes il s’agit de transmettre également, aussi bien que possible, l’ambiance, l’esprit et les intentions. Cela demande des fois une traduction un peu plus libre, sans pour autant altérer l’intégrité de l’originel. Pour tout dire, il faut un style souple et un esprit ludique. Les deux se trouvent pleinement dans la personne d’une de nos bénévoles, que nous voulons fêter dans ce numéro de Trésor Nieuws, Annemie Posner-Janssen.

De site-Internet à texte de loi
Annemie est rattachée à Trésor depuis des années. Elle était à la source de la traduction en français de notre site-Internet dont nous sommes si fiers, et à juste titre. Je me rappelle encore très bien les regards vraiment surpris des hauts fonctionnaires du Conseil Régional en Guyane-française en voyant notre site-Internet trilingue www.tressorrainforest.org qui était à la fois un outil de propagande pour leur pays. A ce site-Internet, Annemie a apporté sa pierre. Quand il était question de se battre contre les menaces d’orpaillage juste à côté de notre site, c’était Annemie qui traduisait pour nous en hollandais les textes compliquées et importantes et les textes de la législation.


Aart de Lang pendant l’interview avec Annemie Posner lors de la journée des donateurs dans les Jardins Botaniques d’Utrecht.


Mais aussi la traduction hollandaise du plan de gestion, élaboré par nos collaborateurs en Guyane-française, et des pièces sous-jacentes est de sa main. Grâce à son travail assidu et compétent nous avons pu étudier en tant que membres du Conseil d’Administration de la Fondation Trésor, la traduction hollandaise de la compliquée législation française au sujet des parcs naturels nationaux et régionaux et ainsi faire un choix réfléchi sur le meilleur statut pour notre site Trésor afin d’atteindre nos buts.

Une bonne communication
Annemie traduit en français les comptes-rendus de nos réunions du Conseil d’Administration, qui sont ensuite mis à la disposition des membres de notre Association en Guyane-française et elle traduit en hollandais les comptes-rendus des réunions de l’Association. Cela facilite une bonne communication et évite beaucoup de malentendus. Annemie traduit aussi de nombreuses textes dont nous avons besoin en tant que Conseil d’Administration pour gérer bien votre et notre réserve. Vous pouvez-vous imaginer combien de temps, d’énergie et d’effort elle y met? C’est pourquoi nous sommes très heureux avec Annemie et ses collègues et cela valait bien un bouquet de fleurs! Mais, Annemie, qui est-elle au juste ?

Cosmopolite
Annemie est un vrai cosmopolite. Elle habite en Espagne, pas loin de Valence, mais elle passe une partie de l’année en Hollande. Elle a vécu à Curaçao, où elle fut pendant 17 ans directeur-adjoint d’une école secondaire, où elle enseigna l’espagnol et le français. Ella habita aussi quelque temps en Autriche. Elle est donc une vraie citoyenne du monde. Et depuis quelque temps elle est la voisine de notre membre du Conseil d’Administration Frans Maas Geesteranus et de sa femme Marga. Frans et Marga l’ont « découverte » pour Trésor. Et Annemie, quand on lui demanda si elle voulait travailler bénévolement pour notre Fondation, a dit oui, sans réserve. Elle n’est pas quelqu’une qui remplit volontiers ses jours avec des réceptions et des invitations. Elle veut encore contribuer quelque chose à un meilleur monde. Et quand Frans et Marga lui parlèrent du beau travail que nous faisons désintéressement en tant que Fondation avec l’aide d’organisations comme le WWF – Pays-Bas, l’UICN et le fournisseur d’énergie verte Greenchoice de Rotterdam, ainsi que les 1200 donateurs qui nous appuient et qui nous aident à maintenir financièrement à flot notre bateau Trésor, elle fut tout-de-suite enthousiaste.

Annemie est une femme avec l’âme généreuse, elle met libéralement à notre disposition son temps, énergie, créativité et compétence et puis elle est vraiment très charmante. En un mot, Annemie est un trésor pour Trésor ! inhoudsopgave

Colophone

Trésor nieuws
Trésor Nieuws est le bulletin d'information de la Fondation Trésor.
Trésor Nieuws paraît 4 fois par an.
La version imprimée (en néerlandais) est envoyée gratuitement aux donateurs de la Fondation Trésor.

Rédaction
Vijko P. A. Lukkien et Eric Augusteijn

Adresse de la rédaction
Vijko P.A. Lukkien

Boîte postale
Téléphone
Fax
Adresse électronique

N°. de compte en banque   
80084, 3508 TB Utrecht, Hollande
+ 31 30 253 74 36
+ 31 30 251 83 66
bio.tresor@uu.nl
78.47.36.618 au nom de Fondation Trésor, Utrecht
IBAN: NL44 TRIO 0784736618
BIC: TRIONL2U -Triodos Bank, Zeist NL
Si vous payez sur Internet, veuillez mentionner votre nom et adresse.


Sur l'adresse cité ci-dessus vous pouvez aussi demander des mètres carrés d'adoption et des certificats cadeaux.
En cas de déménagement, veuillez notifier le changement d'adresse à la même adresse.

Website
http://www.tresorrainforest.org
Webmaster: Eric Augusteijn, eric.aug@bigfoot.com

K.v.K.
41187239






Sitemap | Auteurs | Gestionnaire du site internet | ©2008 Fondation Trésor